30/10/2010

VIDEO : L'Affaire Clearstream racontée à un ouvrier de chez Daewoo



Denis robert et Pascal Lorent
"Ce documentaire raconte, entre autres, comment le capitalisme financier se sert d'outils comme la chambre de compensation Clearstream pour fermer des usines. Il raconte aussi comment le Luxembourg, État européen, fermerait les yeux sur ces pratiques, les encouragerait même."

29/10/2010

VIDEO : Mâles en péril

Un documentaire de Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade (ARTE France/Point du Jour, 2008)

Féminisation de la nature d’un côté, diminution du nombre de spermatozoïdes chez l’homme de l’autre. Dans « Mâles en péril », le documentaire qu'ils ont réalisé, Sylvie Gilman et Thierry de Lestrade livrent une enquête édifiante sur ces phénomènes inquiétants. Une véritable investigation scientifique qui met au jour de bien troublantes questions…

"Les problèmes de l’appareil reproducteur masculin sont aujourd’hui potentiellement aussi graves que le réchauffement climatique."
  • Depuis 50 ans, la production de spermatozoïdes dans l’espèce humaine a diminué en moyenne de 50 %.
    Pourquoi ?
  • Dans les pays occidentaux, le nombre de cancers du testicule ne cesse de croître. Au Danemark, on constate une hausse vertigineuse de 400 % en soixante ans.
    Pourquoi ?
  • Le nombre de malformations congénitales de l’appareil reproducteur masculin augmente également.
    Pourquoi ?
  • Des populations de poissons de certaines rivières se féminisent. De plus en plus de malformations sexuelles et de cas de stérilité sont observés chez les phoques, les oiseaux, les alligators, les grenouilles…Des études sur la faune montrent une dévirilisation croissante.
    Pourquoi ?
Féminisation de la nature d’un côté, diminution du nombre de spermatozoïdes chez l’homme de l’autre. Des événements bizarres et inquiétants entre lesquels personne, pendant longtemps, n’avait pensé ou osé établir un lien.
Et si toutes ces observations avaient une origine commune ?

C’est l’hypothèse audacieuse de nombreux scientifiques tant aux États-Unis qu’en Europe. Ils sont persuadés que certains facteurs environnementaux sont responsables de ces pathologies et de ces malformations. Au banc des accusés, de nombreuses molécules mises sur le marché par l’industrie chimique : PCB, DDT, retardateurs de flamme, phtalates, pesticides… Liste non exhaustive de composés chimiques qui agissent sur le système hormonal (on les désigne sous le terme un peu barbare de « perturbateurs endocriniens ») et qui provoqueraient ainsi une féminisation du monde… La gravité des faits rapportés impose que l’on s’y intéresse de très près car la fertilité, et donc l’avenir de l’humanité est en jeu… Si ces scientifiques ont raison, ce sont des pans entiers de notre mode de consommation qu’il faudra repenser. Un véritable défi face au puissant lobbying industriel, un débat qui se déplace sur le terrain politique. 

http://www.arte.tv/fr/Males-en-peril/2283996.html 





28/10/2010

Ces nouveaux Superman qui déstabilisent les institutions

Publié le 27 octobre 2010 par Yves Mamou pour LeMonde.fr

"Comme ce texte a été écrit pour foutre la trouille, on se met les passages les plus flippants en gras et on les relira la prochaine fois qu'on se fait chier autour du feu, pendant une soirée camping au milieu de la forêt!"


Jérôme Kerviel, Albert Gonzalez, Julian Assange... Les trois hommes ne se connaissent pas, vivent dans des pays différents et n'ont a priori rien en commun. Sauf une chose : chacun à sa manière a déstabilisé une institution financière ou politique avec une violence jamais enregistrée jusqu'à présent.
Le premier, 33 ans, ex-trader de la Société générale, a pris des positions à risque sur 50 milliards d'euros d'actifs financiers en déjouant les contrôles internes de la banque. Ces positions ont généré des pertes de presque 5 milliards d'euros. Sans augmentation de capital, la Générale coulait corps et biens. Le deuxième, Albert Gonzalez, 28 ans, a été inculpé, en 2009 aux Etats Unis, pour avoir piraté et revendu les coordonnées de plus de 130 millions de cartes bancaires du groupe financier Heartland, soit le plus grand vol jamais commis aux Etats-Unis. Le troisième, Julian Assange, 39 ans, est devenu célèbre cette année pour la mise en ligne sur le site Internet WikiLeaks de 77 000 documents estampillés secret défense sur la guerre en Afghanistan. Il a récidivé avec un second lot de documents le 22 octobre, sur l'Irak cette fois. Le Pentagone a été mis sens dessus dessous.

Ces trois exemples signent l'émergence en ce début de XXIe siècle d'une nouvelle sorte de Superman. Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, un simple individu, dénué des outils traditionnels de la puissance (armée, police...), sans charisme particulier, peut engendrer un désordre planétaire ou déstabiliser des institutions. Certes, il est arrivé dans l'Histoire que des individus articulent le cours des événements autour de leur personne. Jeanne d'Arc, Raspoutine ou Gandhi, doués sans doute d'un charisme exceptionnel, ont pu agir sur la volonté des puissants ou des foules. Mais, avec les Kerviel ou les Gonzalez, voici l'avènement de Super-banal-men. Un Superman sans qualités.

Les Américains ont inventé un mot pour désigner ces nouveaux individus : "super-empowerment". L'empowerment simple désignait la capacité d'un individu à mobiliser les ressources externes et internes nécessaires à son équilibre de vie et à la réalisation de ses projets. Le super-empowerment marque la capacité d'un individu - ou d'un groupe - à utiliser ou à détourner des outils technologiques qui n'existaient pas voilà dix ans pour satisfaire un appétit de puissance individuel ou batailler avec des puissances qu'il n'aurait pas rêvé d'égratigner une décennie auparavant.

L'émergence de ces pouvoirs nouveaux dépend de plusieurs conditions. La première est la mise à disposition du grand public d'outils sophistiqués mais simples d'utilisation. Le logiciel utilisé par Gonzalez pour pirater Heartland est en téléchargement libre sur Internet.
La seconde condition tient à Internet : les réseaux sociaux, les blogs multiplient les canaux de circulation de l'information et permettent à des personnes qui ne se connaissent pas de nouer de puissantes alliances ponctuelles. Julien Assange, figure de proue de WikiLeaks, invite le monde entier à dénoncer un comportement institutionnel "non éthique", mais qui sait quels règlements de comptes personnels se dissimulent derrière chaque fuite ? Pour déclencher un tsunami politique, il suffit parfois de donner de la voix au bon moment. Le pasteur américain Terry Jones, seulement connu de ses voisins de palier avant le 11-Septembre, a mis en colère la population de 22 pays musulmans en menaçant de brûler le Coran pour commémorer le 11 septembre 2001.

Troisième condition : les technologies électroniques permettent souvent un usage dual, civil ou militaire. Un téléphone portable peut déclencher une explosion meurtrière à distance. Le spécialiste américain de la guérilla, John Robb, a expliqué sur son blog Global Guerilla comment SkyGrabber, un logiciel d'origine russe, vendu 25,95 dollars, permettait aux insurgés afghans et irakiens de pirater les flux vidéo des drones militaires américains qui tentent de les espionner ou de les exterminer.

Une quatrième raison fonde l'émergence de Superman : la trop grande complexité des sociétés développées. Des gratte-ciel, des centrales électriques, des usines d'épuration, des pipelines, attaqués ou mis à mal par quelques hommes déterminés, peuvent paralyser durablement une ville, voire une région. Et les institutions sont trop lentes et trop bureaucratiques pour anticiper d'où viendra le prochain coup.

D'autant que le pire est à venir. Quantité de techniques bon marché, simples d'usage, perfectibles car développées en open source, n'attendent qu'un peu de créativité pour être détournées à des fins déstabilisatrices. La démocratisation progressive des biotechnologies met à la portée du premier venu la production de masse d'outils pathogènes capables de décimer un pays, voire un continent. Les premiers drones à usage individuel sont déjà commercialisés. Qui sait quelles missions d'espionnage ou de destruction programmées par des individus malveillants ces engins volants miniatures pourront accomplir ?

Voilà vingt ans, la sécurité nationale n'était menacée que par l'URSS. Désormais, l'ennemi habite peut-être la maison d'à côté, l'appartement du dessus.

26/10/2010

Les dix stratégies de manipulation de masses

Les dix stratégies de manipulation de masses

De source inavouable, ce texte n'en est pas moins pertinent.

1/ La stratégie de la distraction
Élément primordial du contrôle social, la stratégie de la diversion consiste à détourner l’attention du public des problèmes importants et des mutations décidées par les élites politiques et économiques, grâce à un déluge continuel de distractions et d’informations insignifiantes. La stratégie de la diversion est également indispensable pour empêcher le public de s’intéresser aux connaissances essentielles, dans les domaines de la science, de l’économie, de la psychologie, de la neurobiologie, et de la cybernétique. « Garder l’attention du public distraite, loin des véritables problèmes sociaux, captivée par des sujets sans importance réelle. Garder le public occupé, occupé, occupé, sans aucun temps pour penser; de retour à la ferme avec les autres animaux. »

2/ Créer des problèmes, puis offrir des solutions
Cette méthode est aussi appelée « problème-réaction-solution ». On crée d’abord un problème, une « situation » prévue pour susciter une certaine réaction du public, afin que celui-ci soit lui-même demandeur des mesures qu’on souhaite lui faire accepter. Par exemple: laisser se développer la violence urbaine, ou organiser des attentats sanglants, afin que le public soit demandeur de lois sécuritaires au détriment de la liberté. Ou encore : créer une crise économique pour faire accepter comme un mal nécessaire le recul des droits sociaux et le démantèlement des services publics.

3/ La stratégie de la dégradation
Pour faire accepter une mesure inacceptable, il suffit de l’appliquer progressivement, en « dégradé », sur une durée de 10 ans. C’est de cette façon que des conditions socio-économiques radicalement nouvelles (néolibéralisme) ont été imposées durant les années 1980 à 1990. Chômage massif, précarité, flexibilité, délocalisations, salaires n’assurant plus un revenu décent, autant de changements qui auraient provoqué une révolution s’ils avaient été appliqués brutalement.

4/ La stratégie du différé
Une autre façon de faire accepter une décision impopulaire est de la présenter comme « douloureuse mais nécessaire », en obtenant l’accord du public dans le présent pour une application dans le futur. Il est toujours plus facile d’accepter un sacrifice futur qu’un sacrifice immédiat. D’abord parce que l’effort n’est pas à fournir tout de suite. Ensuite parce que le public a toujours tendance à espérer naïvement que « tout ira mieux demain » et que le sacrifice demandé pourra être évité. Enfin, cela laisse du temps au public pour s’habituer à l’idée du changement et l’accepter avec résignation lorsque le moment sera venu.

5/ S’adresser au public comme à des enfants en bas-âge
La plupart des publicités destinées au grand-public utilisent un discours, des arguments, des personnages, et un ton particulièrement infantilisants, souvent proche du débilitant, comme si le spectateur était un enfant en bas-age ou un handicapé mental. Plus on cherchera à tromper le spectateur, plus on adoptera un ton infantilisant. Pourquoi ? « Si on s’adresse à une personne comme si elle était âgée de 12 ans, alors, en raison de la suggestibilité, elle aura, avec une certaine probabilité, une réponse ou une réaction aussi dénuée de sens critique que celles d’une personne de 12 ans ».

6/ Faire appel à l’émotionnel plutôt qu’à la réflexion
Faire appel à l’émotionnel est une technique classique pour court-circuiter l’analyse rationnelle, et donc le sens critique des individus. De plus, l’utilisation du registre émotionnel permet d’ouvrir la porte d’accès à l’inconscient pour y implanter des idées, des désirs, des peurs, des pulsions, ou des comportements…

7/ Maintenir le public dans l’ignorance et la bêtise
Faire en sorte que le public soit incapable de comprendre les technologies et les méthodes utilisées pour son contrôle et son esclavage. « La qualité de l’éducation donnée aux classes inférieures doit être la plus pauvre, de telle sorte que le fossé de l’ignorance qui isole les classes inférieures des classes supérieures soit et demeure incompréhensible par les classes inférieures.

8/ Encourager le public à se complaire dans la médiocrité
Encourager le public à trouver « cool » le fait d’être bête, vulgaire, et inculte…

9/ Remplacer la révolte par la culpabilité
Faire croire à l’individu qu’il est seul responsable de son malheur, à cause de l’insuffisance de son intelligence, de ses capacités, ou de ses efforts. Ainsi, au lieu de se révolter contre le système économique, l’individu s’auto-dévalue et culpabilise, ce qui engendre un état dépressif dont l’un des effets est l’inhibition de l’action. Et sans action, pas de révolution!…

10/ Connaître les individus mieux qu’ils ne se connaissent eux-mêmes
Au cours des 50 dernières années, les progrès fulgurants de la science ont creusé un fossé croissant entre les connaissances du public et celles détenues et utilisées par les élites dirigeantes. Grâce à la biologie, la neurobiologie, et la psychologie appliquée, le « système » est parvenu à une connaissance avancée de l’être humain, à la fois physiquement et psychologiquement. Le système en est arrivé à mieux connaître l’individu moyen que celui-ci ne se connaît lui-même. Cela signifie que dans la majorité des cas, le système détient un plus grand contrôle et un plus grand pouvoir sur les individus que les individus eux-mêmes.

26/10/2010

We're back!


Original : AP Photo/Francois Mori
Modif : JB_Graphics

 
IDEM VELLE AC IDEM NOLLE AC TANDEM VERA AMICITIA EST